Expertise et Valorisation
Archéologique

Mobilier métallique de Loyola

Depuis 2017, le laboratoire LandArc examine le mobilier métallique de l'habitation Loyola (Rémire-Montjoly, Guyane) dans le cadre des campagnes de fouilles programmées. Parallèlement, un programme de recherche a été lancé en 2019 par Jean Soulat pour étudier les objets métalliques découverts sur le site entre 1991 et 2016 afin de mieux comprendre les occupations.

Plan de l'habitation Loyola et localisation des différents bâtiments (APPAAG)

La 1ère campagne triennale (2017-2019)

Le laboratoire LandArc intervient sur l’étude du mobilier métallique de l’habitation Loyola (Guyane française) depuis le début de la campagne de fouilles archéologiques programmées dans le cadre du projet triennal qui a démarré en août 2017 et qui s’est achevé en août 2019 :

  • 2017 avec la fouille partielle des axes de circulation et le dégagement de l’angle sud-ouest de la terrasse de la maison de maître (Responsable d’opération Réginald Auger et Raphaël Lussier-Piette).

  • 2018 avec la fouille du secteur de la cour de la chapelle (Responsable d’opération Jean-François Guay).

  • 2019 avec la fouille des secteurs d’interaction situés entre le cimetière, la purgerie, la chapelle, la façade de la cour de la chapelle et le bâtiment d’entreposage (Responsable d’opération Jean-François Guay)

 

Projet quadriennal d'étude des collections anciennes

En 2018, le laboratoire LandArc en collaboration avec l’APPAAG (dir. Yannick Le Roux) et l’Université Laval de Québec (programme dirigé par le prof. R. Auger) a déposé auprès de la DAC de Guyane un programme quadriennal de réexamen et d’étude du mobilier métallique découverts entre 1991 et 2016. Au cours de la Commission Territoriale de la Recherche Archéologique (CTRA), le projet a été validé avec une année probatoire (Année 2019) puis lancé définitivement en 2020. Il se développe sur ans (2021-2024).

Au cours des deux premières années, le programme s'est consacré à l’inventaire, l’étude, la photographie et la recontextualisation du mobilier métallique de la forge (atelier et amas en 1997, et suite atelier en 2006). Ce secteur a livré 1312 nombres de reste (NR) pour 1143 nombres minimum d’individus (NMI). A lui seul, le secteur de la forge a livré 70 % (estimation) du total des objets métalliques de Loyola. Les années suivantes seront dédiées à l’inventaire, l’étude, la photographie et la recontextualisation du mobilier métallique du magasin (2011, 2012 et 2015), de la maison de maître, des cuisines, de l’hôpital (1998-1999) et du cimetière (1996-1997 et 2013-2014).

 

Premiers résultats sur la forge

La fouille de la forge en 1997 par A. Chouinard de l’Université Laval de Québec dans le cadre de sa maîtrise s’est scindée en deux secteurs : l’atelier (sect. 1) et l’amas de ferraille (sect. 4). Une seconde fouille a été menée en 2006 dans le secteur de l’atelier par P. Fluck de l’Université de Haute-Alsace de Strasbourg dans le but d’approfondir les problématiques liées à la forge et d’effectuer une étude paléo-métallurgique complémentaire d’une partie du lot découvert en 1997 et en 2006.

Le mobilier métallique de la forge se répartit au sein de deux zones : l’atelier fouillé en 1997 et en 2006, et l’amas fouillé en 1997. Lorsque l’on compare le nombre minimum d’individus, on distingue nettement une surreprésentation de l’amas avec 764 objets contre 379 si on cumule le mobilier des deux fouilles de l’atelier. Nuançant de constat chiffré, il faut faire remarquer que l’atelier n’a été fouillé que très partiellement avec environ 30 % de la surface totale tandis que l’amas a été complètement purgé.

L’inventaire du mobilier métallique a permis de mettre en évidence 1314 éléments (NR) pour 1143 objets (NMI) pour un poids total de 280 kg. Parmi le mobilier inventorié, on compte 1200 fragments en fer (1041 NMI), 102 éléments en alliage cuivreux (91 NMI) et 10 éléments en plomb (10 NMI) auxquels il faut ajouter un objet en fer avec élément en alliage cuivreux. 12 catégories de mobilier ont été établies parmi le mobilier métallique.

 

Les catégories les plus représentées sur la forge

L’habitat et l’ameublement sont bien représentés avec 45 individus. Cette catégorie se divise en deux sous-catégories : l’huisserie et la serrurerie, mais l’huisserie est majoritaire avec 36 objets contre neuf éléments liés à la serrurerie. Les 36 objets se rapportant à l’huisserie se distinguent par 18 fragments de penture en fer dont certaines ornementales, sept charnières en fer ou en alliage cuivreux, sept cornières de meuble en fer, trois culs d’œuf en fer, pièces servant à assurer le frottement des axes des rolles des moulins à sucre, et deux gonds en fer. Les neuf objets en fer propres à la serrurerie se composent de trois boîtiers de serrure, de deux cadenas, d’une plaque d’entrée de serrure appartenant à un boîtier, d’une clé, d’un pêne à double barbe et d’un levier de loquet.

222 outils peuvent être mentionnés. On compte ainsi 87 houes (complètes, incomplètes ou ébauches), 40 coins, 20 plantoirs, 16 serpes et grandes serpes, 11 fers de marteau ou de masse, six fers de hache, quatre hameçons, quatre fragments possibles d’ancres de pirogue transformés en socs d’araire, trois écumoires, deux fragments de lames indéterminées, deux couperets, deux crochets à viande, deux piochons, une possible lame de machette, une branche d’une paire de ciseaux, un fer de râteau, une ébauche de lime, un burin, une serfouette, une truelle, une spatule, un tisonnier, huit ébauches d’outil indéterminé et six outils indéterminés (trois douilles, un œillet et deux fragments).

Parmi les 87 houes, il faut compter 19 ébauches qui présentent des caractéristiques intéressantes, témoignages de la chaîne opératoires de leur fabrication notamment la finalisation de la lame et de son tranchant . On retrouve ainsi des exemplaires avec une lame rectangulaire allongée et épaisse, des occurrences avec une lame dont l’extrémité est repliée pour être martelée, d’autres avec une lame qui commence à prendre forme avec un évasement et enfin des pièces avec une lame très évasée voire triangulaire qui doit encore être aplatie.

Enfin, 16 objets liés à l'armement ont été retrouvés : 12 en fer (deux platines de fusil, deux chiens de fusil, deux fragments de lame d’épée ou de sabre, un possible fragment de canon, deux extrémités de canon de fusil, un porte-baguette, une plaque de couche de fusil et une baïonnette) et quatre en alliage cuivreux (un pontat de garde de sabre de grenadier, deux contre-platines et un porte-baguette).

Cuillère de coulée en fonte avec dépôt d'argenture retrouvée en 2017 (crédit LandArc)

Saleron retrouvé en 2018 dans la cour de la chapelle (crédit LandArc)

Fers de houe, dont une échauche, venant de l'amas de la forge fouillé en 1997 (crédit LandArc)

Notre mission

Nous réalisons l’étude du mobilier métallique du site.
Elle comporte un catalogue raisonné associé à une synthèse organisée par catégorie fonctionnelle.
Une dizaine d'objets en alliage cuivreux a été restaurée dont des contre-platines et un saleron.

  •     Inventaire et analyse des ensembles mobiliers
  •     Dessins et photographies des objets remarquables
  •     Restauration pour étude d’une sélection d’objets
  •     Synthèse générale par phase chronologique
  •     Suivi de l’étude en lien avec la rédaction finale de chaque rapport

Fouille : APPAAG et Université Laval de Québec
Maitre d'ouvrage : APPAAG

Autres Projets Etude 31 Résultats